Comment interpeler votre SHIFU (maître) en chinois sans prendre de coups ?

Pourquoi j’aborde cette question…

L’idée de ce post m’est venu d’un message posté sur Kwoon le mois dernier. Il était question d’un pratiquant intégrant une école Shaolin en Chine prochainement qui se demandait comment était encore utilisé le vouvoiement en chinois ainsi que la meilleure façon d’interpeler le moine polyglotte SHI DE CHENG. J’ai donné quelques éléments de réponse que je souhaite maintenant développer sur Kung fu Tradition. En fin d’article, je vous offre également mes 7 meilleures accroches en chinois pour interpeler votre SHIFU en évitant le très fade « comment allez-vous ? » et en attirant son attention le plus possible. Lisez donc bien jusqu’à la fin…

Le vouvoiement en chinois

Comment exprime-t-on le « Vous » de politesse en mandarin ? Tout simplement en ajoutant du coeur ! Je m’explique: le pronom personnel « tu » s’écrit 你 NI (3ème ton). Pour obtenir l’équivalent du « Vous » français, on ajoute un élément qui symbolise le « coeur » ( 心 ) sous le caractère pour obtenir 您 NIN (2ème ton). La transformation est illustrée par l’image ci-dessous (vous pourrez admirer au passage mes grands talents de graphiste !):

Le vouvoiement existe-t-il vraiment en chinois ?

Il serait erroné d’affirmer qu’il suffit d’appliquer un NIN à toutes les situations dans lesquelles vous utiliseriez le « Vous » en français. En réalité, le vouvoiement (tel qu’on le conçoit en France) reste peu fréquent en Chine et son utilisation limitée à certaines situations précises:

  • dans le langage commercial pour « honorer » un client
  • s’adresser à une personne de très grande renommée (surtout quand elle est âgée)
  • relation professeur/élève même si cette pratique est de moins en moins courante
  • si vous en connaissez d’autres, je vous invite à laisser un commentaire plus bas…

Par ailleurs, la langue chinoise est une langue très concise. Pour s’en rendre compte, comparez un paragraphe écrit en français puis traduit en chinois: la différence est flagrante ! L’emploi des pronoms personnels n’est pas toujours nécessaire car , bien souvent, le contexte permet de savoir clairement de qui on parle. D’ailleurs, en bon français que je suis, j’avais moi-même tendance, à mes débuts, à tartiner mes phrases de pronoms personnels jusqu’au jour où j’ai décidé de les raccourcir le plus possible pour ne garder que l’essentiel.

Alors, comment on l’interpelle le SHIFU ?

Sur Kwoon, on avait proposé de reprendre la première syllabe de SHI DE CHENG pour nommer ainsi le Maître SHI SHIFU (littéralement « Maître SHI ») mais c’est incorrect. Voici pourquoi:

En chinois, la construction NOM DE FAMILLE + TITRE (titre social ou professionnel) est très fréquente. Cependant, elle ne s’applique pas à un nom bouddhiste qui se construit différemment d’un nom classique. Dans le cas SHI DE CHENG, le premier SHI est en fait le « diminutif » de 释迦牟尼 (SHI JIA MOU NI) qui indique une sorte d’hommage au Bouddha Sâkyamuni. Ce SHI est commun à tous les noms de moines Shaolin tant et si bien qu’interpeler en utilisant SHI SHIFU n’aurait aucun sens en mandarin car il ferait référence à tous les moines (et, encore une fois, la construction reste incorrecte).

Pour interpeler votre SHIFU, utilisez tout simplement: « SHIFU ». Tenter une autre construction demanderait que vous maîtrisiez parfaitement la langue pour en saisir les subtiles nuances. J’ajoute au passage que le terme SHIFU n’est pas nécessairement lié aux arts martiaux. Il s’applique en fait à toute personne maîtrisant son secteur d’activité. Par exemple, on interpelle le chauffeur de taxi également par un SHIFU ! Je reviendrai sur ce type de vocabulaire ainsi que la hiérarchie des termes chinois dans le prochain article (cliquez sur l’onglet RSS pour être averti des mises à jour !).

Mes 7 meilleures accroches pour interpeler votre SHIFU

Afin d’éviter le très français: « comment allez-vous ? » 你好吗?NI HAO MA ? – et surtout, en stage ou en entrainement, de capter son attention (« l’accaparer » en quelque sorte) pour bénéficier plus souvent et plus longtemps de son expérience – je vous propose des approches utiles et faciles en chinois.

En plein entrainement (les questions posées directement en chinois sont très efficaces pour attirer son attention):

  • 师傅,再来一遍,可以吗?SHIFU, ZAI LAI YIBIAN, KEYI MA ? (« Shifu, on peut le refaire une fois ? »)
  • 师傅,套路/动作叫什么名字?SHIFU, TAOLU/DONGZUO JIAO SHENME MINGZI ? (« Shifu, comment s’appelle ce Taolu/mouvement ? »)
  • 师傅,这个动作不太清楚。。。 SHIFU ZHE GE DONGZUO BU TAI QINGCHU (« Shifu, j’ai pas très bien compris ce mouvement… ») ou encore 师傅,这个动作对不对?SHIFU ZHE GE DONGZUO DUIBUDUI ? (Shifu, ce mouvement est-il correct ? »)
  • 师傅,动作节奏怎么样?SHIFU DONGZUO JIEZOU ZENMEYANG ? (« Shifu, quel est le rythme des mouvements ? »)

En dehors de l’entrainement (pour les politesses d’usage):

  • 师傅,好久不见!SHIFU, HAO JIU BU JIAN ! (« Shifu, ça faisait longtemps ! »)
  • 师傅,送给你一份礼物 SHIFU, SONGGEI NI YI FEN LIWU ! (« Shifu, laissez-moi vous offrir ce cadeau ! »)
  • 我叫。。。 WO JIAO… (« je m’appelle… ») Le top serait d’avoir déjà un nom complet chinois et si possible en 3 caractères (1 caractère pour le nom de famille + 2 caractères pour le prénom), effet garanti !!

Je veux lire vos commentaires

Vous avez peut-être déjà participé à un stage dirigé par un professeur chinois ou intégré une école en Chine… Comment avez-vous réussi à attirer l’attention de vos instructeurs en général (des mots, des attitudes…) ? Quels genre de vocabulaire a été le plus utile pour vous ?

One Response

  1. Lagrange

Écrivez vos précieux commentaires ici :